Accueil

homepage_withcopyrightjpg

Aline Chappuis déroule son fil et son audace dans le paysage romand depuis une dizaine d’années. Elle aime à se trouver là où on ne l’attend pas, hors des chemins battus ou des formats convenus.

Poétesse et musicienne, jouant avec les mots autant qu’avec les projets qu’elle crée, elle est un paradoxe, une fileuse, une funambule. Elle crée des univers de verre qui semblent fragiles. Qui semblent seulement.

Éperdument, absolument, elle entretient son rapport à la création. Elle répond à l’appel du vide, à l’appel de la forêt, à l’appel des symboles.

Elle ouvre son univers chaque fois qu’elle le peut, n’hésitant pas à sauter dans l’inconnu, au risque peut-être de ne pas toujours être comprise dans ses choix artistiques, ou de ne pas être trouvée là où on l’attend.

Elle passe des concerts en salle à des performances en milieu naturel ou à des projets d’art participatif dans des milieux de soins, avec des personnes souffrant de maladies psychiques. Elle les rencontre, recueille leurs paroles, puis porte cette dernière dans des performances éphémères. Ainsi elle donne corps au fait que pour elle la vulnérabilité est une force. Une grande force.

Elle voyage, dans le Nord, et revient, remplie de voix et de battements de tambour, d’impression de routes infinies, qu’elle déroule ensuite en colliers de mots. Aline Chappuis déambule au gré du vent. Et revient, toujours.

Et puis, surtout elle met au cœur de tout son travail la rencontre avec d’autres artistes, d’autres médiums artistiques pour poursuivre sa recherche de ce qu’il advient dans l’espace entre deux ...